Quelques interrogations qui demeurent:

  • Le niveau des prix à Luxembourg (principalement celui des loyers) handicape fortement le recrutement, notamment dans les grades de base.
    Le Statut permet des solutions ponctuelles. L’USF Luxembourg y travaillera et fera des propositions.
  • Carrières : l’impression générale est que les Directions Générales transardennaises implantées à Luxembourg ne sont pas traitées de façon égale avec les collègues du siège de la DG. Il est aisé de développer, au sein des comités de Promotion par exemple, des outils de suivi pour s’assurer un traitement non discriminatoire. L’USF Luxembourg y veillera.
  • Mobilité forcée : le CLP doit défendre au plus haut niveau les collègues forcés à une mobilité. Cela concerne actuellement les chefs d’unité et les gestionnaires des Ressources humaines.

 

La Commission semble « oublier » que Luxembourg (et Ispra, Petten, Karlsruhe …) n’est pas Bruxelles. Forcer les chefs d’unité à une mobilité sans mettre en place des mécanismes de suivi pour proposer des postes est suicidaire pour l’institution et son Personnel, sauf à considérer que le Personnel n’est qu’une charge et pas une ressource. Même chose pour les gestionnaires RH atterrissant au sein d’AMC (Assessment Management Center), « encouragés » à une mobilité sans qu’aucun mécanisme ne soit explicité. D’autres redéploiements sont en projet (IT, gestion des contrats). L’USF Luxembourg, et plus largement l’USF, suivra de près ces projets en rappelant à l’institution que le Personnel est surtout un atout !